vendredi 4 mai 2018

Rester avec l'entraînement, Thanissaro Bhikkhu

Statue du Bouddha


Souvent, quand vous décidez de rester avec la respiration, une des premières choses que vous remarquez, c’est que l’esprit ne veut pas rester avec la respiration. Il reste un petit moment, et ensuite, il part vagabonder. Quand vous voyez ce phénomène en train de se produire, vous ramenez l’esprit, tout simplement. Quand cela se produit à nouveau, vous le ramenez à nouveau.

Nous entraînons l’esprit à adopter de nouvelles habitudes, et il est souvent difficile de briser les vieilles habitudes. Mais si vous persistez, si vous restez avec, et que vous vous souvenez de votre motivation en vous disant : « L’esprit a provoqué beaucoup de souffrance pour moi dans le passé, il est temps que je l’entraîne de manière nouvelle, et que cela prenne longtemps ou pas, ce n’est pas vraiment important. »

Souvenez-vous : le Bouddha a dit que si on vous proposait un marché aux termes duquel vous seriez transpercé par cent lances le matin, cent lances à midi, cent lances le soir, soit trois cents lances chaque jour, pendant cent ans, mais que vous seriez sûr d’obtenir l’Éveil à la fin de ces cent ans, cela serait une bonne affaire d’accepter le marché. Le but a autant de valeur que cela. Il dit que vous ne trouveriez même pas que vous l’avez atteint dans la douleur. L’atteinte elle-même effacerait toute douleur que vous auriez ressentie.

Donc, souvenez-vous : nous sommes ici dans un bon but. Et bien qu’il se puisse que cela va prendre du temps – et l’esprit possède beaucoup de ruses, vous n’êtes pas en train d’entraîner une seule personne, c’est comme s’il y avait beaucoup de personnes là-dedans – c’est une bonne image à conserver à l’esprit. Vous avez un comité tout entier.

Parfois, vous convainquez quelques membres du comité de rester avec la respiration, et les autres membres se cachent en attendant le moment où les bons membres ne font pas attention, ou bien qu’il y ait une brèche dans leur sati. Les autres membres prennent alors le pouvoir. Et vous vous demandez quand votre esprit finira par bien se comporter. Souvenez-vous, il y a plusieurs esprits, beaucoup d’esprits en même temps. Et il va donc être nécessaire d’utiliser de nombreuses techniques différentes, de nombreuses approches différentes pour mettre de l’ordre dans tout ça.

Mais la technique fondamentale sur laquelle nous travaillons ici avec la respiration,cela, ça constitue le fondement pour tout le reste. Et donc, vous voulez rester avec elle. En l’utilisant, et en utilisant votre ingéniosité, vous découvrirez que vous pouvez réussir à entraîner le comité tout entier.

C’est la bonne nouvelle que nous donne le Bouddha. Conservez toujours cela à l’esprit.

Thanissaro Bhikkhu, Enseignements du matin 1

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La dépassion, Thanissaro Bhikkhu

Il y a un passage dans le Dhammapada qui dit que si vous voyez que vous pouvez obtenir un bonheur plus élevé en abandonnant un bonhe...