mercredi 28 mars 2018

Biographie du Vénérable Webu Sayadaw - I/II

I - De sa naissance à sa pratique méditative solitaire



Webu Sayadaw est connu pour avoir été un arahant et aussi pour avoir donner l'autorisation d'enseigner à l'enseignant Saygyi U Ba Khin, le maître de S.N. Goenka qui est connu pour avoir propager la méditation vipassana en Occident.



 
Il est né le 17 février 1896 à Ingyinbin dans le nord de la Birmanie. Il est le fils d'un pauvre fermier, dans une famille de 4 enfants.

On raconte qu'à l'âge de 7 ans, son père l'envoya chasser des champs de riz les oiseaux qui venaient mangeait les graines . Il refusa en répondant que les oiseaux aussi avait le droit de manger, montrant ainsi, malgré son jeune âge, de la compassion pour ces animaux.


A l'âge de 9 ou 10 ans, il est envoyé au monastère et devint novice sous le nom de Shin Kumara. C'était une pratique courante d'envoyer les garçons de cet âge au monastère local pour devenir novice. Ils y passaient quelques temps puis retournaient ensuite à leur maison. Cependant Shin Kumara décide de rester au monastère pour y recevoir une éducation religieuse.

A l'âge de 20 ans il reçoit l'ordination plénière, étant appelé maintenant U Kumara. Quelques années plus tard, il part étudier à l'université Masoyein à Mandalay, suivant ainsi pariyatti, la voie de l'étude des écritures bouddhistes. L'université est l'une des plus réputées en son temps.

Il y reste 2 ans et s'ennuie, souhaitant pratiquer ce qu'il a appris. A 27 ans, il décide donc de quitter l'université pour aller pratiquer, pendant 4 ans, dans des lieux isolés : forêts, grottes… Il prend ainsi le chemin de patipatti, la pratique de la méditation bouddhiste.


Il souffre de dysenterie, cela devient même un obstacle à sa méditation. Alors qu'il était en voyage dans un train, un voyageur lui dit d'aller à Kyaukse boire de l'eau ayant des propriétés médicinales proche de Webula Hills. Il y a deux versions de cette histoire : l'une où c'est un saint homme, ou un pèlerin, entièrement vêtu de blanc qu'il rencontre dans le train. Dans l'autre version, c'est une femme qu'il rencontre avant de monter dans le train et quand U Kumara lui dit qu'il va peut-être retourner à Ingyinbin pour trouver un remède, elle le dirigea vers Kyaukse. Plus tard, il eut un rêve où il voit quelqu'un le diriger à Kyaukse et qui lui demande de trouver un puits avec une eau claire et bleue. Alors il décide d'aller à Kyaukse. Arriver là-bas, il trouve le puits et il est dit que la même personne qui était dans son rêve apparut pour lui offrir de l'eau bleue. Ce qui est encore plus étonnant, c'est que les eaux dans les Webula Hills sont blanches. 


Le puits où Webu Sayadaw but l'eau bleue
Le puits où Webu Sayadaw but l'eau guérisseuse à Kyaukse
(sources : Burma Dhamma)

Le puits s'appelle Dhat Ma Shaw. Si on le traduit littéralement, cela signifie : « le couteau tombe » et fait référence à une histoire où l'attendant d'un roi qui passait par là fit tomber un couteau dans ce puit. Ce mot Dhat Ma Shaw, prononcé rapidement en birman, peut être entendu comme « la diarrhée a arrêté », une référence au bienfait que l'eau du puits a eu sur Webu Saydaw.

Après avoir bu cette eau, il ne retomba plus jamais malade, même pas un rhume et ne se coucha plus. Il décidera de pratiquer le dhutanga (ascèse) nommée nesajjik'aṅga. Les dhutanga, au nombre de treize, sont des pratiques ascétiques autorisées par le Bouddha. Dans le cas de nesajjik'aṅga, le moine ne s'autorise plus la position couchée afin de combattre la torpeur et le sommeil. Pendant la nuit un tel moine peut méditer dans les trois positions suivantes : en marche, assis, et debout, ou bien dormir en position assise. Webu Sayadaw considérait que dormir était une perte de temps. Il est dit qu'il pratiqua ce dhutanga tout le long de sa vie et qu'il ne dormit plus jamais. 



Avant son séjour à Kyaukse on a aucune information sur les lieux où il a pu se retirer. Voici ci-dessous, une photo de la grotte à Kyaukse où Webu Sayadaw s'installa pour méditer : 



Entrée de la grotte de nos jours
(sources : Burma Dhamma)






4 ans ont passé, à Kyaukse, un laïc est impressionné par ce moine, et lui propose de lui construire un monastère. Webu Sayadaw refuse, disant qu'il préfère rester dans la grotte où il pratique. Plus tard, après l'insistance de ce laïc, Webu Sayadaw accepte mais à une seule condition : que ce monastère soit construit en une seule journée, ce que le laïc fit.

On raconte l'anecdote suivante. Un jour, alors qu'il faisait sa tournée d'aumône, accidentellement, son pied est attrapé dans un piège à animal. Il ne voulut pas retirer son pied pour ne pas casser le piège, car cela aurait été contre une règle du vinaya (une des 227 règles qu'un moine doit suivre) qui veut qu'un moine ne doit pas casser la propriété d'autrui. Donc il resta là jusqu'à midi, jusqu'à ce que le chasseur revienne. Celui-ci fut si choqué qu'il jura de ne plus chasser.

A suivre… 


Je remercie l'auteur du blog Burma Dhamma pour m'avoir autorisé à mettre ses photos sur ce blog.
 
Sources :

- Selected Discourses of Webu Sayadaw, traduit par Roger Bischoff
- http://burmadhamma.blogspot.fr/search/label/Webu%20Sayadaw 
- Ven. Webu Sayadaw - a talk by Patrick Given-Wilson
- Anthology of a Noble One



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

L'importance d'avoir un bon coeur dans la méditation,Thanissaro Bhikkhu

Question : quelle est l’importance d’avoir bon cœur dans la méditation, et qu’en est-il de la joie ? Réponse : l’expression « avoi...